The_Last_Exorcism_Poster_US

- THE LAST EXORCISM -

Pays : Etats-Unis

Réalisateur : Daniel Stamm

Avec : Patrick Fabian, Iris Bahr, Ashley Bell, Louis Herthum...

Durée : 1h29

Budget : 1,8 millions de $

Recettes : 67 millions de $

thelastexorcism01

Au coeur de cette "nouvelle vague" du film fantastique dans laquelle nous sommes encastrés, plus on a de films et plus on a peur de se lasser. Je parle bien sûr de ce mystérieux croisement entre le film amateur et le reportage, mis au monde par l'incroyable succès du Blair Witch Project. La bande annonce de The Last Exorcism nous donnaît étrangement cet avant-goût de lassitude. Mais une fois vu le produit fini, que nenni ! Encore un de ces films dont la bande annonce montre le total contraire de ce qu'il est vraiment.

Car c'est l'un de ses points forts, le réalisateur réussi à trouver "encore" une certaine inventivité de ce parti-pris de mise en scène "reportage" en fonçant dedans à l'extrême. C'est ainsi que, contrairement à ses congénères du genre, The Last Exorcism est totalement monté tel n'importe quel reportage sur lequel nous pourrions tomber à la télé - "surprenant" tout d'abord puis "logique". Montage des séquences - notamment un montage parallèle savoureux dévoilant les escroqueries du pasteur dans la première partie du film - utilisation de musique, passages d'interviews mis en scène... Le réalisateur n'a pas peur d'aller à fond dans le concept. Durant les trois quarts du film, cela fonctionne vraiment sur l'authenticité des faits - notre reconnaissance et notre affiliation envers les personnages est là, puis la trouille s'installe, et le tout est porté grâce à l'interprétation sans faille de ses acteurs, têtes inconnues toutes convaincantes qui relèvent encore plus le côté authentique.

Quant aux vingt dernières minutes, représentation du grand climax de tension au coeur du film, elles poussent le réalisateur à sortir hors de ses limites, et il commence alors à balancer maladroitement des tics de mise en scène, comme des champs/contre-champs, des inserts, preuves d'une présence de plusieurs caméras alors qu'il semble y en avoir qu'une. Il sort ainsi malencontreusement de son parti-pris fort intéressant. Cela fonctionne certes lors des passages "d'investigation", mais lors de grands moments de tension, la crédibilité baisse d'un cran. Mais il faut le dire, la frayeur de la seconde moitié du film anesthésie en grande partie une quelconque conscience de cette mise en scène - c'est en tout cas le cas dans un premier visionnage, l'effet marchera par contre nettement moins lors du prochain.

The Last Exorcism est clairement une réussite surprenante dans le domaine du fantastique, tout d'abord dans la manière dont le sujet est ammené. La première partie n'hésite pas à poser un pas dans l'humour, démystifiant le mythe de l'exorciste et montrant toutes les magouilles accessoiristes. Le pasteur, protagoniste principal du reportage, est un homme qui ne croît pas aux démons - et il le dit lui-même "Vous ne croyez pas aux Diable ? Et bien vous ne croyez pas non plus en Dieu", donc finalement sa foi en Dieu est très faible, voir inexistante, au profit de la tradition familiale et d'une paye des plus correctes. C'est une approche originale et osée du sujet, permettant une entrée en matière décomplexée et très agréable. Le choc frontal qui suivra n'en est ainsi que plus brutal, d'où la qualification d'ingéniosité.

Mais le côté "fantastique" n'est pas si frontal dans l'ensemble du film, du moins pas "démonstratif". C'est ici un atout comme un défaut. Un atout puisque, ainsi, le réalisateur évite tous les codes rébarbatifs du genre et permet une approche dans l'ombre de la possession, jouant avec les nerfs du spectateur en oscillant constamment entre le vrai et le faux - le spectateur se pose ainsi la question tout le long du film. Plus le film avance, plus les indices horrifiques sont présents mais laissent encore le spectateur dans le doute. C'est dans un dernier élan horrifique que le réalisateur nous fait baver avec un pseudo-rite exorciste dans la grange, et là on espère une explosion démoniaque que l'on attend depuis le début. Mais finalement pas de ça, le réalisateur se retient "trop" et ne livre finalement pas la marchandise. Pour ma part j'ai été un peu pris de court, mais un twist final vient heureusement réhausser le niveau, intéressant bien que finalement peu original, et qui poussera certainement les amateurs à un second visionnage.


The Last Exorcism est donc une belle surprise du cinéma fantastique, n'atteignant certes pas le rang de chef d'oeuvre du film de Friedkin mais qui, malgré un concept visuel rongé jusqu'à la moelle depuis ces dernières années, parvient à fournir un certain degré de surprise et d'inventivité. Le réalisateur ne plonge pas dans le démonstratif à outrance, chose à signaler mais qui pourra tout de même déstabiliser les certains amoureux du "monster show" qui se sont endormis devant Paranormal Activity. Presque authentique, parvenant à livrer un choc frontal entre le rire et la frousse, The Last Exorcism est une imparfaite mais belle réussite fantastique qui accomplit l'exploit de se retrouver au sommet de ce parti-pris visuel alors qu'il en est (pour l'instant) le dernier héritier.

thelastexorcism720pblur

les+

- son concept de "reportage" qui est loin d'être essouflé, parfois même plutôt inventif

- une frayeur qui fonctionne, jouant plus sur la suggestion et ses ambiguités plutôt que de la démonstration outrancière

- un casting inconnu mais très crédible, permettant une immersion totale

- un twist final que l'on ne voit pas venir

les-

un parti-pris visuel qui tombe un peu à plat dans sa dernière partie -

une dimension horrifique qui ne délivre pas la marchandise outrancière comme d'autres productions d'aujourd'hui... il peut y avoir des déçus -

une conclusion trop facile et peu originale -


3,5