watchmen_poster_rorschach

- WATCHMEN -

Pays : Etats-Unis

Réalisateur : Zack Snyder

Avec : Jackie Earle Haley, Jeffrey Dean Morgan, Billy Crudup, Patrick Wilson, Matthew Goode...

Durée : 2h43 (version ciné), 3h06 (Director's cut)

Budget : 130 millions de $

Recettes : 185 millions de $

Watchmen1

Après The Dark Knight, la Warner continue d'exploiter la part sombre des super-héros en faisant adapter la bande dessinée d'Alan Moore Watchmen. Et c'est tant mieux. Confiant la réalisateur à Zack Snyder, celui-ci offre une adaptation ultra-fidèle, comme le réalisateur l'avait déjà prouvé avec 300. Nous faisons ainsi face à des super-héros déchus, aux pouvoirs pas si fantastiques que ça (exception faite à Dr Manhattan, le seul rapproché à un pseudo-dieu), en proie à de vieilles pulsions héroïques ou bien même meurtrières. Ces personnages sont littéralement le point fort de ce film - Zack Snyder n'a pas eu peur de retransmettre une image aussi crade et noire du super-héros, capable des pires saloperies sans broncher. Prenons par exemple ces cas extrêmes où Le Comédien tue d'une balle dans le ventre une vietnamienne qu'il a mis enceinte, ou bien Rorschach qui tue à coups de hache un tueur d'enfants. Non, pas de personnages fiers de leurs pouvoirs, à la cape luisante et aux intentions louables. Ici, ce sont des personnages torturés, ultra-violents, plongés dans le doute. Ces personnages sont interprétés par des acteurs incroyables et très bien choisis. Sortons du lot Jackie Earle Haley, véritable "gueule" qui joue Rorschach à merveille, un gros talent d'acteur à suivre qui parvient à rendre un personnage noire, violent et fou très attractif.

Alors que Zack Snyder aurait pû livrer un film de moins de deux heures comme tout autre film de super-héros vus ces dernières années, au montage très cut, il livre plutôt avec Watchmen une oeuvre de plus de trois heures qui prend son temps. Et on ne peut que le remercier pour çela, de ne pas avoir céder aux désirs des producteurs. La narration du film est un autre de ses points forts. Comme rarement vu ces temps-ci, le réalisateur prend beaucoup de temps à développer l'histoire, sans ennuyer le spectateur puisqu'il se passe beaucoup de choses. Vu la quantité énorme de flash-backs employés dans le film, çela aurait pu être ultra-rébarbatif, mais non, le montage est en tout point réussi, alternant les différents fils rouges de manière assez remarquable. Le meilleur exemple est la magnifique séquence concernant l'histoire de Dr Manhattan, séquence longue et très lente, et pourtant magique, portée par la géniale partition de Philip Glass. Grâce à processus de narration, on a le temps de s'attacher à ces personnages, ce qui rend forcément au film un souffle de charisme puissant.

Snyder nous livre avec Watchmen un film fleuve réussi, épique, aux scènes cultes foisonnant toutes les dix minutes, certes. Mais on peut toutefois regretter les trop nombreux tics de mise en scène du réalisateur : une succession épuisante de ralentis et d'accélérations de l'image, la plupart du temps inutiles. Inutilité qui atteint son paroxysme lors du combat final de Rorschach et le Hibou contre Ozymandias dans l'Arctique. Gênant est vraiment le mot lors de certains passages, c'est en tout cas un détail qui pourrait distancer certains spectateurs, le genre de détails qui pourrait les faire détacher. Mais Snyder ne casse pas non plus l'ensemble, car il fait preuve d'une grande maestria filmique dans la structure des images, la preuve à travers de très nombreux plans sublimes, dignes des meilleures oeuvres picturales existantes. 


Bref, Watchmen n'est certes pas un film d'auteur (il faut rendre à César ce qui est à César, ici Alan Moore), mais Snyder nous livre une grosse production inhabituelle, au souffle épique présent, aux personnages noirs mais charismatiques et à la beauté plastique saisissante. Tous les éléments qui fondent un grand film sont là. Seule ses choix de réalisation, parfois mal maîtrisés, l'empêchent d'atteindre le rang de chef d'oeuvre ultime. Mais il n'en est pas loin. Aux côtés de The Dark Knight, Watchmen est certainement le meilleur film de super-héros qu'il m'ait été donné de voir au cinéma.

Et essayez de vous procurer la version Director's cut en import US (malheureusement indisponible en France... foutu marché vidéo français). On peut y noter de très bons ajouts, notamment le meurtre de Hollis Mason (le 1er Hibou), scène déstabilisante mais pleine d'auto-dérision ; Le Comédien qui brûle un Vietcong estropié, rendant le geste encore plus sadique ; les thérapies psy de Rorschach en prison plus développée ; des propos de Nixon bien plus dégradants ; et bien sûr plus de plans gores... À voir pour compléter l'expérience.   

Watchmen2

les+

- des personnages extraordinaires, super-héros déchus capables de faire les pires saloperies

- très bonne adaptation avec une excellente narration, qui prend son temps

- des plans à la structure magnifiques de la part de Snyder

- Jackie Earle Haley, excellent en Rorchach... attention, talent à suivre

- son générique d'ouverture, original et complémentaire au récit

- sa bande originale : musiques réussies, et puis Bob Dylan, Simon & Garfunkel, Leonard Cohen, Philip Glass, Jimi Hendrix... que du bon

les-

rien de bien "original" niveau scénario, tout est piqué à Alan Moore -

certains choix visuels de Snyder hasardeux, avec des ralentis/accélérés parfois nauséeux -

la scène de sexe, au rendu final assez comique, inutile -

 

4,5