ATTENTION : les lignes suivantes révèlent pas mal de choses du dernier épisode du livre VI. Si vous ne l'avez pas vu (et que vous comptez le voir un de ces quatre), je vous déconseille fortement de na pas lire l'article ci-dessous. 

Ca y est. C'est fait. Kaamelott ne sera plus à la télévision. Dur dur pour un fan comme moi de réaliser ce triste constat. Le domaine de la série TV française se voit quitter "la" meilleure de toute l'Histoire de la télévision... Mais bon, pas la peine de pleurer, nous verrons "enfin" d'ici trois années le premier film Kaamelott dans nos salles. L'attente s'installe, patientant tranquillement dans notre petite caboche, nous triturant les méninges. Pendant trois ans, ca va être difficile à supporter.

vlcsnap-2012-01-10-20h36m09s5 vlcsnap-2012-01-10-20h36m26s179

La série s'est donc terminée samedi dernier avec l'épisode 9 du livre VI : "Dies Irae" (Jour de Colère en latin), reprenant le titre du court-métrage à l'origine de la série, toujours écrit et réalisé par le maître de tous fan de Kaamelott, je parle bien sûr de "monsieur" Alexandre Astier. La bonne idée que voilà, reprendre pour l'épisode final le titre de l'oeuvre à l'origine du mythe... Samedi dernier, donc, nous sommes revenus à l'époque "présent" de la série, là où nous avions laissé Arthur à la fin du livre V où celui-ci s'était tranché les veines dans sa salle de bains. Le passage de 8 épisodes "flash-back", excellents et magnifiquement réalisés, s'est effectué. Qu'en est-il maintenant ? Plusieurs mois se sont passés depuis la tentative de suicide d'Arthur. On le retrouve dans un état lamentable, une dégaîne à la Jésus Christ. Il se repose dans sa chambre à Tintagel, son royaume maternel, tentant en vain de restituer tout le sang qu'il a perdu. Tout à tour, tous ses chevaliers arrivent à son chevet (Bohort, Karadoc, Perceval, Lancelot...). Jusqu'à ce que le pire arrive, et Arthur doit fuir la Bretagne pour survivre... Comment se présente cet épisode, peut-on qualifer cet épisode d' "apothéose", d' "ultime" ?

vlcsnap-2012-01-10-20h37m43s176 vlcsnap-2012-01-10-20h38m24s59

Pourquoi parler de cet épisode final et non pas de la saison entière ? Tout d'abord parce que les 8 premières épisodes sont tout simplement génial, point, pas la peine de revenir dessus, vous pourrez voir partout des avis positifs (et négatifs) sur le net. Ensuite, je tenais à parler de l'épisode 9 car il semble qu'il ait déçu bon nombre de gens et de fans... Dans cet épisode, on atteint le sumum du glauque et du morbide dans tout ce que l'on a pu voir dans la série. En effet, l'humour n'est pas à la fête dans cet ultime épisode, préférant développer l'histoire assez triste sans prendre la peine de balancer une vanne gratuite par-ci par-là. Mais voilà, il faut tout d'abord dire que tous les évènements décrits dans cet épisode devaient, à la base, occuper une saison entière, saison que M6 et Mr Astier ont décidé d'annuler. Et bien voilà, 6 heures de sujet traité en 45 minutes, ça donne un épisode extrêmement bâclé. Ca me fait mal de le dire, mais ça l'est. Ca va trop vite, les deux-tiers de l'épisode évoque cette succession des personnages passant au chevet d'Arthur. Et le montage de cette partie est toujours la même et devient rébarbatif : Arthur dort, Arthur parle avec quelqu'un, Arthur dort, Arthur parle avec quelqu'un, Arthur dort, Arthur parle avec quelqu'un... Et des éléments qui méritaient du temps pour être traîtés passent par là à la va-vite : sa belle-soeur qui lui dit qu'il devront, top ou tard, coucher ensemble (ceux qui connaissent la légende comprendront, leur relation donnant naissance à Mordred), Arthur passant la couronne à Lancelot qui prend les rênes de la Bretagne, la trahison de celui-ci qui décide de chasser et tuer tous les chevaliers de la Table Ronde... Voilà. Tout ça est classé en moins de 40 minutes. Et il faut dire que c'est carrément frustrant. Car en voyant ces faits surprenants et passionants se dérouler aussi vite, on aurait carrément aimer voir ça en 5 - 6 épisodes. Peut-être que le premier film au cinéma traîtera un peu mieux le fait que les chevaliers se cachent hors de Kaamelott sous peine d'être tués, ou encore ce règne de la peur qu'engendre Lancelot sous les ordres du dieu de la Mort (enfin, on suppose) Méléagant... Wait & see. Enfin bref, jusqu'à la 40ème minute, "déception" est le mot juste pour cet épisode final. Mais on ne peut pas passer à côté de très bonnes choses, notamment cette magnifique séquence (et qui prend son temps, contrairement au reste) où Arthur raconte un de ses rêves à Perceval. Alexandre Astier fait tout nickel ici, côté écriture et côté interprétation. Son monologue doit bien durer 5 bonnes minutes, et on ne peut que rester bouche bée devant ses sages paroles... Une des plus belles scènes de la série toute entière.

vlcsnap-2012-01-10-20h38m41s246 vlcsnap-2012-01-10-20h39m54s207

Et arrivent alors les cinq dernières minutes... Rien qu'en y repensant, j'en ai des frissons. Comme dit ci-dessus, Arthur est obligé de quitter la Bretagne pour éviter d'être tué par les hommes de Lancelot. Il s'en va alors dans un Rome apocalyptique, déchu depuis la chute de l'Empire. Il s'en va se cacher dans la Villa Acognia, villa de sa véritable femme que l'on découvrait dans les huit précédents épisodes. Les trois dernières minutes le montrent alors reprendre peu à peu ses forces, la vieille robe rouge de sa vraie femme entre les mains, se repose, s'entraîne au combat et se souvient de son enfance où il retirait Excalibur du rocher à l'âge de cinq ans. Enfance que le roi avait perdu de vue depuis de nombreuses années. Il se repose, s'entraîne, se souvient... et prépare sa vengeance. Voilà comment se termine la série. Voilà l'axe que suivra le premier film au cinéma : le retour d'Arthur en Bretagne et sa tentative de reprendre le pouvoir. Un axe surprenant, et c'est ça qu'est bon. Qu'en est-il de cette séquence ultime dans la Villa Acognia, alors ? Magistrale. Génialissime. Grandiose. Le genre de scène qui fait passer la note de l'épisode de 10/20 à 20/20. En effet, Alexandre Astier prend un parti-pris cinématographique étonnant et bougrement intelligent, mais qui peut déstabiliser au premier visionnage de par l'utilisation de la musique : en effet, Mr Astier, en bon compositeur musical qu'il est, à désiré de faire référence à son maître Raymond Lefèvre en reprenant un de ses thèmes, thème musical très particulier pour l'univers de Kaamelott. Différent de la série, mais putain quelle claque ! On se croirait limite dans un Tarantino ! C'est une séquence définitivement inexplicable hors de son contexte, mais c'est à voir absolument. N'hésitez pas à aller sur M6 Replay voir en streaming ce dernier épisode, et allez directement à la 40ième minute. Même si on ne connaît pas la série. Ce final est carrément l'une des plus belles séquences de la série, la plus léchée dans sa réalisation, un final coup-de-poing qui nous pousse aux portes de l'adaptation cinématographique. Regardez par exemple ce dernier plan en travelling arrière, regard caméra d'Arthur qui tient dans ses mains la robe de sa femme, les bandes noires cinéma apparaissant au fur et à mesure que la caméra recule, une musique digne de Quentin T. ... Rien qu'en voyant ça, on pardonne aisément les douloureuses prises de risque des deux-tiers de l'épisode, et ça c'est fort monsieur Astier. S’il y a un fan de Kaamelott qui n'arrive pas à accrocher ce final spécial mais dantesque mérite qu'on lui "dégage la nuque à la serpette", comme le dit notre bon Léodagan. Je dis parce que j'ai du mal à digérer le fait que, sur des forums que j'ai vu ici et là, des personnes se prétendant "fans ultimes" de Kaamelott se mettent à démonter cette fin.

vlcsnap-2012-01-10-20h39m38s34

L'épisode ultime ? Peut-être pas. La fin ultime ? Carrément. Enfin voilà. Bravo, Alexandre Astier, et encore merci.